L'entretien d'embauche de Louise

Mis à jour : janv. 17

Découvre-en plus sur La loi de Louise à travers les yeux de Louise



Toujours se méfier de son futur patron, d’autant plus, si c’est une femme avocate ménopausée. J’entends encore ses paroles. J’en ai fait des cauchemars. Deux fois. Au moins.

— Vous n’êtes pas ici pour faire la chasse aux avocats, avait-elle commencé. J’ai dû me séparer de la dernière secrétaire, alors gardez votre petite culotte.

Elle m’avait fixée. J’avais eu peur. J’avais dit le premier truc drôle qui m’était passé par la tête.

— Vous êtes sûre que c’est légal ?

Elle n’avait pas rigolé. Moi si.

— Vous êtes une petite comique. Gardez votre petite culotte vissée à vos fesses, suis-je assez claire ?

Je suis encore toute retournée de son regard tyrannique et de cette suggestion pour le moins étrange lors d’un entretien d’embauche.

— Oui, vissée à mes fesses !

Apprendre les règles pour mieux les contourner. C’est ça être avocat. Elle avait porté sa main à son front. Genre parler avec moi, un sou fifre, c’était épuisant. Houlala.

— Je sens que je vais le regretter, avait-elle conclu.

— Pas du tout.

Elle m’avait regardé et avait reporté sa main à son front.

— Je le regrette déjà !

Je l’avais fixé. Pendue à ses lèvres. Je n’ai pas bien compris. J’étais engagée ou pas ?

— Eh bien ! Ne restez pas là. Allez signer votre contrat. Lydie-Pascaline, avait-elle hurlé.

J’étais donc engagée. Avec ma petite culotte vissée à mes fesses.





40628716_326982821370997_148181134830731
12-12-18-3812.png

​©2020 par Marine Mouzelard tous droits réservés.

Bruxelles, Belgique

66438109_2359456784381569_85518217394100
40628817_1068226576689861_20867176776020
40613219_281530865905951_840039060712141
80549242_578649842959653_556091152642605